Far Breton

Sofie, le 17 October 2008

Far au pruneauxJe ne sais pas si c’est le temps pluvieux qui m’a fait penser à cette recette, mais hier, j’avais envie de faire une petite spécialité bretonne pour faire plaisir à mon amoureux.  C’est certain que j’aurais pu me donner à fond et faire un kouing amann*, des crêpes garnies de caramel au beurre salé ou carrément des gâteaux bretons, mais j’ai opté pour une recette plus raisonnable:  un far aux pruneaux (ou farz en Breton)!

J’en entends déjà qui râlent à cause des pruneaux et qui s’imaginent que c’est un plat pour personnes âgées…  Et bien c’est toujours possible de remplacer les pruneaux par des raisins secs au rhum, des pommes caramélisées ou ne rien mettre du tout mais vraiment, la recette classique, c’est avec des pruneaux et c’est vraiment bien bon!

Je crois que la première fois que j’ai mangé du far, je n’étais même pas en Bretagne…  J’étais au restaurant Tonnerre de Brest à Outremont.  Notre ancien resto de quartier que nous aimions tant!  Au menu des desserts, on retrouvait le far aux pruneaux.  Benoît était tout excité de retrouver une spécialité de chez lui alors je me suis dit que ça valait le coup d’essayer.  Humm, que c’était bon!  Un flan crémeux avec des morceaux de pruneaux bien sucrés! Un délice!  J’ai déjà essayé d’en refaire un à la maison mais je crois que la recette que j’avais trouvé sur le Net n’était pas terrible…  Et en plus, j’avais acheté des pruneaux mais j’avais oublié de les choisir sans noyaux!  Du coup, c’était un brin chiant à manger!

Préparation

Far aux pruneauxEnfin, cette fois-ci, j’ai opté pour la recette traditionnelle avec des pruneaux sans noyaux!  J’ai d’abord commencé par réhydrater mes pruneaux dans de l’eau chaude. 

Pendant ce temps, j’ai mélangé la farine, le sucre et le sel dans un bol.  Dans un autre récipient, j’ai battu mes oeufs et j’ai ajouté la vanille et la moitié du lait.  Puis, j’ai ajouté progressivement le mélange sec à ma préparation aux oeufs afin d’éviter la formation de grumeaux.  Une fois l’appareil bien bien lisse, on ajoute le reste du lait. 

Il ne reste plus qu’à beurrer (avec du beurre salé, évidemment) un grand plat, on y parsème les pruneaux préalablement égouttés et finalement, on ajoute l’appareil.  Pour éviter qu’il y ait des grumeaux, on peut aussi passer la préparation dans un chinois. Finalement, on ajoute quelques morceaux de beurre salé sur la pâte (on peut utiliser du beurre froid et une râpe à fromage, c’est idéal) et on enfourne à 180°C (350°F) pendant 1h.

Dès sa sortie du four, on saupoudre le sucre glace.  Le far se mange généralement tiède, mais mon chéri l’aime froid, directement sorti du frigo.  Pour une version plus décadente, on peut aussi poêler un morceau de far dans du beurre et y ajouter du caramel au beurre salé…  Nous avons eu le plaisir de goûter cette version dans une pizzeria de Pontivy (Morbihan) lors de mon premier séjour en Bretagne, ça m’a marqué, 5 ans plus tard, j’y pense encore!

* Le Kouing amann est une autre spécialité bretonne faite de beurre salé et de sucre…  Un délice si on oublie toutes ses calories!!  En Breton, Kouing ou Kouign veut dire gâteau et amann veut dire beurre, donc gâteau au beurre!  Croyez moi, dans la cuisine bretonne et particulièrement la pâtisserie, on retrouve beaucoup d’amann!  Salé évidemment!

Far aux pruneaux

  • 1 litre de lait entier
  • 250 gr de farine
  • 250 gr de sucre semoule (dans la recette de mon bouquin, on indique sucre en poudre mais j’avais peur que ce soit trop sucré alors j’ai mis du sucre semoule et vraiment, on ne voit pas la différence!)
  • 5 oeufs
  • 400 gr de pruneaux dénoyautés
  • 1 pincée de sel
  • 1 c à thé d’extrait de vanille (ou un bâton de vanille, hummm)
  • 20 gr de beurre salé (il y a pas une seule recette bretonne sans beurre salé, je vous le dis!)
  • 4 c. à soupe de sucre glace

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, average: 5.00 out of 5)
Loading ... Loading ...

Commentaires

  1. BenoitNo Gravatar

    Est-ce que j’ai aimé le Far aux pruneaux? Oh oui madame!! Il était simplement parfait, crémeux et ferme, pas trop sucré, un régal!

  2. GuiguiNo Gravatar

    Coucou,
    Tres appetissant tout ca. Avec tous ces petits plats, tu va faire grossir Ben.
    Mais le Kouing Amann c’est fait un peu anglo saxon avec le ing a la fin. C’est plutot Kouign Amann. Kouing ca n’existe pas en Breton. Ma maman te pardonne.
    C’est le seul gateau dont je n’ai jamais mange plus d’une part a la fois, ca me file la nausee d’en manger de trop tellement c’est gras et sucre, mais c’est tellement bon.
    +

  3. SofieNo Gravatar

    Coucou Guigui,

    Ça peut s’écrire des deux façons! Cela dit, c’est vrai que c’est un peu écœurant le Kouign ou Kouing Amann…. Mais c’est tellement bon! J’en ai goûté une variation avec des pommes, je sais pas pourquoi, mais c’était moins pire! Ça coupait le goût du beurre! Enfin, vaut mieux ne pas trop aimer, c’est dangereux pour le cœur!
    A+

  4. GuiguiNo Gravatar

    Kouing Amman, au Canada peut etre.

  5. SofieNo Gravatar

    Regarde ce qu’on trouve à Montréal:
    http://www.midnightpoutine.ca/food/2007/09/baked_in_montreal_kouign_amann/

    Il y a plus de trucs bretons à Montréal qu’à Beaulieu sur Mer! Mais à Beaulieu, il y a les meilleurs croissants au monde… On ne peut pas tout avoir!!

  6. GuiguiNo Gravatar

    Je savais les Bretons tetus, mais certaines Quebecquoises n aiment apparement pas la contradiction. Je suis Breton et ai vecu en Bretagne une bonne partie de mon enfance. A Beaulieu sur mer ou ailleur, je reste Breton. Tu peux le croire si tu veux mais en Breton c est bien Kouign. Est ce que je t explique comment on fabrique le sirop d Erable moi !

Enregistrer un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Note: Les commentaires sont modérés, il est inutile de republier un commentaire.